Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 09:20

http://www.ecranlarge.com/upload/dvd/cover/dvd14151/original_597135.pngIl arrive parfois qu'une jacquette vous présente son film de manière trompeuse. On rechigne un peu du coup à regarder un film qui se présente à vous comme le digne successeur de SAW (surtout si on a détesté le film en question, métrage n'hésitant pas à présenter comme originale, une fin qu'il est allé chercher dans Ten Little Indians (Dix petits nègres) de Agatha Christie, mais bon admettons). Ou encore "le nouveau Hostel", torture porn movie dont le vide abyssal de propos le dispute à la réalisation la plus tape à l'oeil et clipesque qu'il ait été donné de voir. C'est donc avec ces deux informations qu'on se lance dans le visionnage, non sans renâcler un peu, tout en lorgnant sur Mission Impossible 4 qui vous fait de l'oeil à la télévision. Mais parfois, il faut avoir l'audace de s'accrocher, car souvent c'est au fond du gouffre qu'on trouve l'eau la plus pure. Après visionnement du bluray de Choose, un seul questionnement subsiste, pourquoi ? Oui, pourquoi avoir vendu ce trés bon film plutôt original comme "un successeur de Hostel" ou "un Torture Movie dans la lignée de SAW". Le film a du se priver d'une partie de son public, qui comme votre serviteur n'apprécie pas beaucoup le "torture porn" alors que de SAW il n'en est question que pour le principe du choix, présent tout le long du film mais jamais gratuitement, et de Hostel il n'y a que l'ouverture du film et un ou deux passages trés bref qui pourrait y faire penser.

Si on voulait établir un élément de comparaison avec un film et toute proportion gardée, il nous viendrait plutôt à l'esprit l'excellent Seven de David Fincher ou le non moins sympathique Bone Collector de Phillip Noyce. En effet, le synopsis du film est le suivant " La vie n'est pas si tranquille dans les banlieues résidentielles. Réveillée au milieu de la nuit, Sara trouve ses parents ligotés à leur lit par un terrifiant intrus qui lui laisse, à elle, 60 secondes pour choisir lequel de ses deux parents doit mourir. Si elle n'en choisit aucun, les deux périront entre les mains de ce détraqué. Qui est cet homme balafré et pourquoi a-t-il choisi pour victimes Sara et sa famille ?"

Le spectateur s'attend donc légitimement à voir pendant une heure et demie, une sorte de Funny Games un peu plus trashos, et un brin plus gore. Mais il n'en est rien en réalité, car cette scène décrite dans le synopsis n'est que l'ouverture du film, la suite du récit se poursuit avec un policier qui enquête sur le fameux tueur "choose", admirablement interprété par un Kévin Pollack trés inspiré et dont on aimerait voir plus souvent la bouille dans des premiers rôles. On suit donc l'enquête de ce policier, les pérégrinations du tueur qui d'un crime unique devient rapidement tueur en série, puis ennemi public numéro 1 ainsi que la vie et la propre enquête de la fille du policier qui se destine à être journaliste. 

Le film équilibre trés bien ses scènes de violence (souvent hors-champ donc la comparaison avec les voyeuristes SAW ou Hostel semble encore plus étrange) et ses scènes où l'on suit la double enquête familiale (le père et la fille). La grande force du film outre son twist que nous ne dévoilerons pas pour ne pas nous attirer les foudres des futurs spectateurs, c'est que la réalisation est assez inspirée, surtout le travail sur la lumière souvent à la limite de la surexposition, ce qui apporte un aspect quasiment irréel à toutes les scènes du film, les liant les unes aux autres, de la même manière que les meurtres d'abord apparaissant comme gratuit finiront par suivre un fil rouge, bientôt évident pour le policier, un peu moins pour le spectateur. Bref, Marcus Grave dont c'est le premier film est un jeune réalisateur à suivre, ne serait-ce que pour son utilisation "narrative" de la lumière qui est des plus plaisantes. Un film dont la revision est non seulement possible, mais fortement recommandée, ne serait-ce que pour vérifier si toute l'intrigue tient debout. A noter également que la jeune comédienne Katheryn Winnick qui interprète la fille du personnage de Kévin Pollack est aussi un talent à suivre, car elle dégage tant de force et de charisme, qu'elle porte presque le film sur ses épaules. Il est dommageable que le film soit sorti directement en dvd, sans un passage dans les salles françaises, car il s'est ainsi privé d'un bon petit succès d'estime, ce qui est bien triste car le film était en sélection à Gérardmer et regrettable pareillement que le bluray du film soit exempt de tout bonus, car on aurait aimé prolongé la plongée dans l'univers du film avec un petit making-of de certaines scènes ou un petit commentaire audio du réalisateur et/ou de son équipe technique. Pourquoi le "N" de la critique me direz-vous, hé bien, parce que si vous voulez le savoir, il vous faudra choisir ce thriller, et vous ne le regretterez pas...

- Découvrez aussi plein d’autres films sur Cinetrafic dans la catégorie  Film d’horreur  ainsi que la catégorie Le slasher.

 Date de sortie du dvd : 9/05/2012 Distribué par CTV

Partager cet article

Repost 0
Published by LordGalean
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • : Un regard d'analyse objective essentiellement sur le cinéma de genre et les blockbusters généralement américain mais pas toujours
  • Contact

Recherche

Liens