Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2019 2 30 /04 /avril /2019 16:37
Bumblebee

Travis Knight, réalisateur du gigantissime "Kubo et l'armure magique", film entièrement réalisé en stop-motion, fait comme Gil Kenan avant lui, en passant de l'animation (pour lui, image par image, pour Kenan en synthèse et performance capture) à la prise de vues réelles dans la réalisation de ce spin-off de la saga Transformers (5 films) sur le personnage le plus sympathique, et attachant d'icelle, à savoir Bumblebee.

On apprend dans le film par exemple, que Bumblebee avait auparavant une voix, et qu'il l'a perdu. Et surtout comment il l'a perdu. Le film suit les traces du premier Transformers en racontant moins la guerre entre Decepticons et Autobots que les errances d'une adolescente, qui fête ses 18 ans avec tous les problèmes que comportent une vie finissante d'ado, et orpheline de père depuis que ce dernier, probablement mécanicien ou pilote automobile, (on ne saura jamais) est mort et que sa mère s'est remise en couple avec un autre homme.
Le premier Transformers avait un héros masculin, les suites des affaires Weinstein et Me Too, et la prise en compte progressive des femmes à Hollywood, entraîne une héroïne, qui ne se contente pas d'être le sidekick du héros masculin (c'est d'ailleurs ici l'inverse), et un récit initiatique dans la lignée de E.T écrit encore une fois par une femme, Christina Hodson, qu'on verra trés prochainement à l'écriture du film centré sur Harley Quinn, "Birds of Prey".
Mais l'histoire s'ouvre sur une scène d'introduction sur Cybertron, la planète des Autobots et des Decepticons, et de la guerre qui fait rage entre eux. Optimus Prime envoie B127 sur Terre pour organiser la résistance, et il lui assure qu'il le rejoindra plus tard (faisant ici le lien avec le premier opus de Transformers). Ce dernier atterrit sur terre pendant un entrainement de soldat à des phases d'attaques en mode fantassin, et ces derniers se mettent à se poursuite. Il se transforme alors en une des jeep du campement et s'enfuit.

Charlie, l'héroïne de l'histoire aide son oncle dans sa carrosserie, et découvre sous une bâche, une coccinelle jaune qu'elle baptise Bumblebee. Son oncle lui en fait cadeau pour ses 18 ans, et la jeune fille la ramène dans le garage de sa maison. Elle finit par découvrir la vérité sur son auto, il s'agit de B127, le robot Autobots. En essayant de la réparer, elle déclenche un message pré-enregistré de Prime, et un signal électrique est émis. Ce signal arrive jusqu'aux Décepticons qui dépêchent d'eux d'entre eux pour traquer Bumblebee, récupérer les infos sur la résistance et le lieu où sont Prime et les autres Autobots et tuer Bumblebee. Ces derniers débarquent sur Terre, et se faisant passer pour des forces de l'ordre traquant un criminel, ils s'allient aux forces armées terriennes pour retrouver l'endroit où se terre B127. Une traque sans pitié commence alors, tandis que de son côté, Bumblebee et Charlie sympathise.

Le film même si il s'adresse à un public plutôt jeune est vraiment très efficace, grâce à un traitement à auteur d'homme (en l’occurrence de femme), plus intime et moins axé action que les précédents opus. Ce spin-off est l'occasion pour Travis Knight de rendre son petit hommage personnel aux films de banlieues des années 80, chers au producteur de la saga Steven Spielberg. On est donc moins en face d'un film de robots que d'un film initiatique, flirtant avec "E.T" et "le Géant de Fer". Travis Knight et sa scénariste réalisent donc un film jeunesse pas du tout inintéressant, mâtiné de "Terminator 2" pour le côté traque, et d'un peu de "Breakfast Club" pour le coté teen movie sur les affres de l'adolescence, le résultat s'avérant plutôt convaincant.

La maîtrise de la stop motion permet à Travis Knight d'être dans une fluidité vraiment exceptionnelle dans sa mise en scène, et de rendre les rares combats, intenses et parfaitement lisibles. Le niveau d'image et de son, que rend le bluray 4K UHD finissant d'apporter l'immersion à l'univers ainsi dépeint. Au niveau des bonus, ils sont d'excellentes factures, et on trouve les habituels featurettes, bêtisier et makin of plutôt complet. Au final, un film qui est vraiment une belle surprise, en attendant de découvrir, Travis Knight dans un univers encore complètement différent, puisqu'il va mettre en scène l'adaptation cinéma de la série "L'homme qui valait 3 milliards" (en VO, The Sixth Billion Dollar Man", ne me demandez pas pourquoi on a divisé de moitié en VF ^^).

En DVD, Blu-Ray, Blu-Ray 4K Ultra HD et coffret DVD / Blu-Ray Intégrale Transformers le 30 avril 2019. Edité par Paramount Pictures France. Le site et la page Facebook de l'éditeur.

Retrouvez sur Cinetrafic d'autres films dans les catégories les meilleurs films à regarder et le catalogue du cinéma de l'année en cours.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • : Un regard d'analyse objective essentiellement sur le cinéma de genre et les blockbusters généralement américain mais pas toujours
  • Contact

Recherche

Liens