Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 16:00

Il arrive parfois dans la vie d'un cinéphile, un moment où on ne sait pourquoi, mais il est impossible de dire objectivement quelque chose de positif sur un film, heureusement je te rassure tout de suite, toi qui lis ces lignes de temps à autre, c'est pas encore aujourd'hui que ça va m'arriver. Car même dans le relatif marasme qu'a été la vision du film "L'honneur du Dragon", j'ai tout de même réussi à en extraire une fantastique séquence en plan séquence (et une vraie hein, en pellicule et tout, et sans volet pour masquer les coupes).

le plan séquence en question a demandé 8 prises, avant de fonctionner, des fois ça s'arrêtait au premier étage, des fois au second, et la quatrième au 4eme étage quand Jaa doit lancer un cascadeur à travers une maisonnette en contrebas, l'équipe chargée de le réceptionner en douceur n'était pas près, ils ont du stopper et reprendre toute la prise depuis le début, cascadeurs, bibelots à changer, une autre fois c'était le magasin (donc pellicule) de la caméra qui s'est arrêté pas loin de la fin. Le cadreur opérateur stead européen en premier lieu a été remplacé par un thai spécialement entrainé pour l'occasion.

Au final, on se retrouve avec un plan séquence monstrueux ballet de précision et de millimétrage qui donne un peu l'impression au cinéma de se retrouver dans une phase de jeu d'un GTA ou d'un Saints Row.

Voilà un film qui mériterait en effet la comparaison avec un jeu vidéo. Ce terme étant la dernière marotte des intellectuels français qui connaissent des jeux vidéos, ce que TF1 et M6 leur en dit, c'est à dire pas grand chose, et dont ils se servent pour qualifier indiféremment Pacific Rim, Cloud Atlas, Speed Racer, MOS, Star Trek etc...est pour le coup vraiment déterminant pour caractériser le film du réalisateur de Ong Bak. Car ce rapport aux jeux vidéos est bien plus pregnants que dans n'importe quel star trek, ou MOS,. En effet une utilisation de FX, même abusive ne veut pas forcément dire du jeu vidéo, mais par contre quand on organise sciemment le film en méchant graduel jusqu'au boss de fin de niveau et en décors différents selon les styles de combat, là on est en plein dedans.

Après ça n'a rien d'étonnant, puisque le jeu vidéo est un média bien plus récent que le cinéma, et il s'est forcément servi de ce qui était avant lui, comme la littérature ou le cinéma. Ainsi double dragon et ces méchants graduels a autant à voir niveau inspiration du côté des films de Bruce Lee que chez Homère et l'Odyssée.

Malgré quelques trés bonnes idées et ce sublime plan séquence vidéoludique (et ludique on peut dire qu'il l'est, le film peine diablement à convaincre dans son scénario. Décalque de Ong Bak avec ce coup-ci un animal vivant totem qui débute comme du Beethoven, il ne vaut que pour les incroyables combat de Tony Jaa bondissant comme jamais, face à différents styles d'art martiaux. Encore une des bonnes idées du film, pas forcément trés bien exploité que de gérer différents styles de combat avec un but, trouver la cuirasse de l'art martial en question pour vaincre l'invincibilité apparente des adversaires.

On assiste ainsi à des chorégraphies de combat à tomber par terre de beauté esthétique, et de sauvagerie à la fois et de grace avec un magnifique combat dans l'eau, éclairé par un incendie qui est plus que magnifié par le bluray. Les personnages sont bien trop caricaturaux pour émouvoir, alors qu'un des némésis du guerrier, une femme transexuelle digne de la perfidie d'une Lady Macbeth aurait mérité un traitement bien plus intéressant. L'action perd son côté oriental en se situant en majeure partie à Sidney, pourquoi pas, ça apporte un certain charme à l'ensemble, mais malheureusement, cela ne suffit pas à convaincre.

Un film à recommander aux amateurs d'art martiaux en priorité, et pour les autres à voir au moins une fois, ne serait-ce que pour son dantesque plan séquence.

Niveau bonus : scène coupées, interview de Tony Jaa et analyse du plan séquence et de ses ratés (vraiment intéressant) sont au menu. On aurait bien aimé un petit commentaire audio pour apprécier la difficulté de l'entreprise.

Sortie le 19 juin 2013. Edité par TF1. L'honneur du Dragon de Prachya Pinkaew

Retrouvez d'autres films dans la catégorie meilleur film d'action Cinetrafic et meilleur film 2013 ici

Partager cet article

Repost 0
Published by LordGalean
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • : Un regard d'analyse objective essentiellement sur le cinéma de genre et les blockbusters généralement américain mais pas toujours
  • Contact

Recherche

Liens