Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 15:52

http://itstvnews.files.wordpress.com/2013/12/fleming.jpgRetour des visionnages "imposés" du site cinetrafic.fr. Avec pour la première fois dans l'histoire de ce blog, ami lecteur, une série TV. Et pas n'importe quelle série TV puisqu'il s'agit rien moins que de la série sur Ian Fleming, interprété par le fantastique Dominic Cooper et produit par la BBC.

Ian Fleming, séducteur oisif, fils de famille fortunée s'ennuyant à mourir dans un travail dans la finance qui ne le passionne pas outre mesure et frère cadet de l'écrivain Peter Fleming choyé et adulé par leur mère se retrouve engagé par l'intelligent service britanique, au lendemain de l'entrée en guerre de l'Angleterre dans le conflit qui donnera lieu à la 2nde Guerre Mondiale le tout grâce à son intelligence et son imagination.

Ce film étant en réalité une mini série de 4 épisodes, je vais donc traiter chaque épisode un par un, immédiatement après sa vision, pour rester le plus proche de la densité de la série

Episode 1

 

Le premier épisode s'ouvre sur un travelling sur un décor paradisiaque, puis la caméra plonge dans les eaux tumultueuses et suit une jeune femme qui nage sous l'eau, vêtu en plongeuse sous-marine en apnée. Le thème de la série se lance, avec par trille un peu moqueur, le James Bond theme à peine identifiable. Soudain surgi un fusil harpon dans le cadre, et un homme semble poursuivre la jeune femme. La tension s'accroit, comme dans un Hitchcock et au climax de cette tension, l'homme tire, et le plan suivant montre une gerbe de sang qui remonte vers la surface. L'homme jaillit, un poulpe que l'on voyait peu avant au bout de son harpon et la femme, arrache son propre masque et injurie l'homme lui indiquant qu'il a failli la tuer. Ce dernier répond, "failli alors seulement". On retrouve ce couple dans une maison, probablement sur l'ile paradisiaque entre aperçue au début et l'homme est en train de taper à la machine. Sa femme lui reproche de taper à la machine pour se venger du fait d'être récemment marié et donc de faire subir à cette pauvre machine à écrire, toute sa frustration d'être le captif d'une femme. L'homme qui s'avère donc être Ian Fleming poursuit la femme, et il finisse par s'abandonner l'un à l'autre sur le lit. C'est évidemment bien des années plus tard, puisque ensuite viendra un flash-back qui nous fera rentrer réellement dans son histoire. Mais cet intro est importante car elle montre un homme établi, marié, et bientôt célèbre (le personnage de Bond est créé et le livre qu'il est en train d'écrire est Casino Royale, le premier tome des James Bond). La force de la première scène est de faire entrer le spectateur de plain-pied dans l'imaginaire de Fleming, puisque nous croyons suivre une scène de poursuite James Bondesque, alors qu'il s'agit de la réalité.

Le premier flash-back s'enclenche, (13 ans plus tôt) et nous retrouvons Fleming et un autre personnage (dont nous découvrirons bientôt qu'il s'agit de son frère), en train de se poursuivre dans la neige en ski. Là encore, le réalisateur nous présente la scène comme le décalque d'un des futurs film de James Bond avec des tueurs à ski, mais la rivalité ne s'avère que fraternelle et se finit avec quelques blessures à l'ego pour l'un des frères. On retrouve ensuite les deux frères dans un wagon de train, entouré de nazi, et l'un des deux, insulte les nazis en disant en Allemand "qu'il ne craint pas le nabot Autrichien". Puis le contrôleur allemand entre et Ian qui vient de lier connaissance avec une jolie blonde reste pétrifié en voyant la violence nazie à l'oeuvre dehors. Le spectateur comprend à ce moment et par le procédé de filmer la vitre que Ian se rêve en justicier, car il serre les poings à voir ces gens maltraités sans pouvoir décoller son regard de la scène. C'est le contrôleur qui mettra fin à son hébétude en rabaissant brutalement le rideau et en lui demandant à nouveau ses papiers d'une voix autoritaire.

Le premier épisode met en scène la vie morne et oisive de Ian, composée de femmes, de vins, et encore de femmes. Il oublie un rendez-vous avec son seul client à cause d'une coucherie avec une fille rencontrée dans un bar et se fait ensuite vertement sermonnée par sa mère auquel elle oppose la brillante réussite de son frère Peter. Puis ian drague la mauvaise fille, se fait tabasser par son frère et tombe en émoi devant la femme d'un haut dignitaire. Venu acheter un exemplaire de première édition de Mein Kampf (son pêché mignon de collectionneur, les premières éditions bien sûr, pas Mein Kampf), il se fait suivre par des hommes, puis coincé en bas de la bibliothèque où il se trouvait et il est envoyé chez les services secrets. Ian craint qu'on le prenne pour un sympathisant nazi mais en réalité, l'intelligent service le nomme Commandeur et lui propose du travail comme agent secret, car son intelligence et son imagination leur serait bien utile en ces temps de guerre.

Ian accepte, il s'illustre en faisant parler deux prisonniers nazis sans brutalité mais autour d'un bon repas, largement arrosé et au frais de la princesse puis il retrouve la femme du haut dignitaire dans un diner mondain et pendant une scène de bombardement de l'endroit, il réussit à lui voler un baiser. Le premier épisode se clôt sur cette scène, où il retrouve sa cavalière, légèrement contusionnée, Monday, sorte de transfuge de la future Miss Moneypenny.

Episode 2

L'épisode 2 de ce qui s'annonce quasiment comme une excellente mini-série, digne de la réputation de la BBC en matière de reproduction historique, prend une tournure plus aventurière, et plus romantique à la fois comme si les deux étaient fondamentalement liés. Ian se rend en France, à la poursuite de l'amiral Darland, afin de récupérer des infos sur la flotte française pour éviter que cette dernière ne tombe aux mains des nazis. Là, il défie un général allemand au bacara et perd tout en voulant trop gagner. Après le clin d'oeil de la boisson dans l'épisode 1 qui s'était soldé par un échec (pour rappel, il commande un vodka martini on the rocks secoué à la cuillère non au shaker et se voit servir une bière en retour), le deuxième élément constitutif de Bond, le jeu, se voit lui aussi non récompensé chez Fleming, à croire que le personnage est le doppelganger en plus réussi de ce que fut la "vraie vie" de Fleming. Ian se fait encore apitoyer par une femme, la compagne du général allemand qui est hongroise et s'avère être juive. Elle assassine l'homme et Ian débarque au même moment. Il protégera son action, émue par son sort. Fleming rentre à Londre, où il appelle Murielle, comme il avait promis de le faire, mais une alerte à la bombe le confine dans un abri avec Anne O'Neil, la maitresse du haut dignitaire de l'épisode 1. Cette dernière lui dit qu'elle le désire, mais Fleming est amoureux de Murielle, et il finit par la rejoindre l'alerte terminée mais c'est pour trouver son appartement bombardé et la pauvre jeune femme, morte sur son lit, touché par un éclat d'obus. Fleming est terrassé est se retrouve hagard chez Anne O'Neil avec qui il couche pour oublier son chagrin. Fleming reproduit encore une fois, les futures traits de son futur Bond, puisqu'il a perdu pas moins de deux femmes, Monique et Murielle qui sont les exacts miroirs de Vesper Lynd (dans Casino Royale) et de la femme de Bond, Thérésa Bond qui meurt à la fin d'Au service de sa Majesté.

http://streamcomplet.com/james-bond-au-service-secret-de-sa-majeste/ (à partir de 1h33)
Suite à ça, Ian revient à la charge vers son supérieur pour former comme les nazis une escouade d'agent secret mais à la différence de ces derniers qui envoient leurs troupes en même temps que leurs agents, il lui suggère d'envoyer leurs agents avant, en éclaireur. Le supérieur approuve et Ian retrouve son frère Peter à la sortie qui lui confie que Ian est tout autant un héros que lui.
Episode 3
Ce nouvel épisode de la série débute sur une mission d'infiltration et de désamorçage d'une bombe dans laquelle intervient, un troisième gimmick des romans de James Bond, le désamorçage juste avant le 0:00:00. Ian se fait former au Canada, et il en profite pour écrire un manuel pour la future CIA. Ian et son supérieur forme son escouade de 30 agents secrets parmi les plus indisciplinés, et sans attache des soldats anglais. Anne O'Neil de son côté apprend la mort de son époux sur le front, et Peter, le frère de Ian est enlevé du front pour devenir archiviste. Ian souhaiterait accompagner son équipe mais son supérieur veut le garder à ses côtés. Ian demande à devenir le chef de l'escouade (qui multiplie les dépots de plainte envers le service) et son supérieur lui donne cette possibilité en l'initiant au protocole T. Ian doit entrer dans une maison et tuer un homme qui l'attend pour faire de même. Ian échoue mais l'escouade en revanche est agrandit du double et son supérieur est démis de ses fonctions à cause des plaintes reçus. Anne O'Neil épouse Edmond, le haut dignitaire et Ian se retrouve seul.
Episode 4
L'épisode final ne pouvait se faire sans évoquer le dernier gimmick de Bond, et non des moindres, les gadgets. Ian vit sa première mission d'espionnage sous le feu ennemi et l'épisode suggère habilement que puisque c'est Ian qui l'a vécu, il est fort probable qu'il y est du vrai et du moins vrai. Comme disait Fleming "dans tout ce que j'écris, il y a un fond de vrai". Ian devient un héros et se retire des services secrets en donnant sa démission.
Conclusion : une mini série en 4 épisodes, particulièrement sympathique, et qui emporte le morceau avec le jeu éblouissant du non moins génial Dominic Cooper qui endosse à la perfection la peau du fantasque Ian Fleming. Un vrai plaisir aussi de retrouver Rupert Evans dans le rôle de son frère, acteur de grand talent et trop rare depuis Hellboy, Agora et un épisode d'Hercule Poirot Saison 13. Le casting féminin ne démérite pas, puisque chaque personnage, de Muriel Wright à la mère de Fleming, en passant par Monday et Anne O'Neil se révèle excellent. Côté bonus, l'édition est un peu chiche avec un sympathique quizz en 007 questions et une biographie et bibliographie de Fleming. On aurait aimé un peu plus de bonus sur cette folle aventure que dû être le tournage de la minisérie. Par contre, un bon point pour l'éditeur qui nous offre à nouveau une édition du commerce avec une jacquette.
Au final, un bon produit, pas du tout ennuyeux, plein de rythme, d'une musique bien inspirée, des clins d'oeils amusants sans être redondants à l'univers de Bond et de quelques idées de cadrages pas inintéressantes (notamment l'arrière-plan flou qui recèle ce qui attire réellement Fleming quand il est avec quelqu'un). 
Retrouvez tous les meilleures séries Et pas n'importe quelle série TV et tous les derniers bons films ici :
  

Partager cet article

Repost 0
Published by LordGalean
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • : Un regard d'analyse objective essentiellement sur le cinéma de genre et les blockbusters généralement américain mais pas toujours
  • Contact

Recherche

Liens