Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 14:27

http://robsmovievault.files.wordpress.com/2011/11/screens00003.jpgLe film de voyage dans le temps peut prendre différentes formes. Parmi celles-ci, on peut trouver le voyage direct, type "Prisonniers du temps" de Richard Donner, "Retour vers le futur de Robert Zemeckis, ou encore "l'Armée des 12 singes" de Terry Gilliam (liste non exhaustive) ; on peut également trouver le voyage indirect par une fenêtre, un écran ou une machine comme Source Code tout récemment de Ducan Jones ou Déjà Vu du regretté Tony Scott ; ou bien encore une évocation juste orale sans déplacement matériel ou physique : Minority Report de Steven Spielberg, Paycheck de John Woo.

Le film dont je vais avoir la joie et le privilège de parler en ces lignes, Fréquence Interdite de Grégory Hobblit, (réalisateur du Témoin du Mal, entre autre) transcende cet état de fait en faisant du voyage dans le temps, une réjouissante réflexion sur le destin, et l'influence des choix. Je m'explique. John Sullivan, policier de son état, retrouve dans les affaires de son père Frank Patrick Sullivan, pompier de son état, une ancienne radio Ci-bi qu'il entreprend de brancher pour le fun, et pour se rappeler avec émotion, les moments passés autour de l'engin en famille à parler avec des étrangers. Il le fait également pour se rappeler le souvenir de son père, mort lors d'une intervention dans une zone industrielle. 

Mais qu'elle n'est pas sa surprise en branchant ledit engin d'entendre une voix qui est proche de celle de son père, et qui connait sa vie sur le bout des doigts, une voix qui semble venir des années 1960 d'ailleurs. John pensant d'abord à un canular de son ami Gordo finit par se plier à l'incroyable réalité, la voix qu'il entend est bien celle de son père.

Comprenant les possibilités que ce discours inter-temporelle, peut avoir sur le futur, et connaissant tout de l'avenir de son père, il se met en tête, complexe de Dieu aidant, de sauver la peau de son paternel de la mort qui doit l'atteindre de plein fouet pendant une intervention dans une zone industrielle en feu le lendemain d'une de leurs conversations radio. Précisons d'ailleurs qu'au début, son père ne le reconnait pas (et on le comprendrais à moins).

 Grégory Hobblit se retrouve donc à tisser à la fois une relation père-fils qui n'existait plus et se sert par là-même de ce ressort de l'intrigue pour basculer son histoire à mi-chemin dans le thriller. Un mystérieux tueur d'infirmière rode dans les années 1960 et il n'a jamais été arrêté. Jim découvrel'identité du tueur grâce à l'aide de son père dont il a sauvé la vie, changeant par la même son destin. Car sans trop en dévoiler pour ceux qui n'auraient pas vu le film, Jim est étroitement lié au devenir de l'enquête du tueur d'infirmière.  

Le bluray du film donne une nouvelle jeunesse (pourtant pas si vieille, le film datant de 2000) à cet excellent long-métrage, dont le casting n'est pas étranger à son succès, tant Jim Caviezel et Dennis Quaid rivalise de talent dans l'interprétation de leurs personnages. Les seconds rôles sont également trés réjouissant, notamment le populaire Noah Emmerich (dont le visage est plus parlant que le nom, cf Truman Show) qui interprète à la perfection le meilleur ami de John. L'élément le plus marquant de ce bluray est le soin qui a été apporté sur le transfert aux flammes qui ressortent plus que jamais de l'écran. Difficile de trop s'étendre sur le film pour en faire une analyse sans dévoiler l'intrigue à tiroir et brillament exécutée de ce dernier. Je m'en tiendrai donc là, cher lecteur, mais il n'est pas impossible que j'écrive un nouveau papier sur ce film absolument génial. En attendant, si vous avez envie de vous replonger dans les années 2000 et que vous avez visionné déjà dix fois le sublime Matrix, n'hésitez pas à craquer pour Frequency, car le bluray est vraiment une belle réussite. 

Pour finir, un mot sur les bonus qui sont peu nombreux, et relèvent plus de la featurette promo, mais on retrouve quand même un commentaire audio du réalisateur et un documentaire scientifique sur la théorie du film, et rien que pour ça, on ne peut bouder son plaisir.

Découvrez aussi plein d’autres films sur  Cinetrafic dans la catégorie  film science fiction et thriller.

Partager cet article

Repost 0
Published by LordGalean
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • : Un regard d'analyse objective essentiellement sur le cinéma de genre et les blockbusters généralement américain mais pas toujours
  • Contact

Recherche

Liens