Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 16:45

 

J'ai revu (une deuxième fois donc ! ça va on suit bien), Jurassic Park, et même si les FX ont un peu vieilli et que ce film n'est pas le plus Spielbergien, il est révélateur sur plusieurs plans de la maestria Spielberg et de la dissémination d'indice dans l'image ou le discours.

j'appellerai ça, l'effet "anti-minority report". Je m'explique, dans Minority Report, le discours est faux , tout le monde manipule Anderton et lui ment. Seuls certaines images dévoilent la vérité (pour le plus grand malheur de gens comme Lamar). Dans Jurassic Park c'est l'inverse, les images sont fausses comme le dit Ian Malcom, il ya une illusion du contrôle, mais la vérité vient du discours cette fois, il ne faut pas se fier aux images, ni aux panneaux(l'inverse de Terminal ou les gens ne lisent pas les panneaux et se provoque des accidents).

Là il faut ne pas lire les panneaux pour survivre (ex : DANGER ELECTRIC VOLTAGE => le courant est coupé, l'informaticien vénale qui fait l'erreur de lire le panneau du port arraché au lieu de suivre son instinct et d'aller dans la bonne direction, il replante le panneau, et suit la voie qu'il lui indique qui le mènera à sa perte).
Le discours du théoricien du Chaos bien sur, pas du Prométhéen John Hammond(encore un manipulateur, comme Anderton au début qui manipule au sens pratique, l'image). L'image se chargera ensuite de vérifier les dires du scientifique ange déchu (il est tout habillé de noir, Hammond est un blanc, ne jamais sous-estimer l'importance du costume et du choix des couleurs dans un film de Spielberg).

Ian dit que la vie passe quoiqu'il advienne, Hammond lui dit qu'il n'y a que des femelles, sur l'île, la réponse de la nature a lieu avec l'ADN de grenouilles entrainant le changement de sexe des dinos, Grant découvre les oeufs témoin de la théorie de Malcom, l'image vérifie les dires du théoricien du Chaos. Plusieurs autres vérifications avec l'image auront lieu.

Mais Jurassic Park c'est aussi un film métaphysique, ainsi comme le dit si bien Malcolm (décidément encore lui) : " Dieu crée les dinosaures, Dieu détruit les dinosaures, Dieu crée l'homme, l'homme détruit Dieu, l'homme crée les dinosaures". Il ne le rajoute pas mais ce sophisme tombe sous le sens, l'homme créateur à son tour, se prend pour dieu (étrange représentation physique d'Hammon , renvoyant au Dieu anthropomorphe de Michel-Ange par exemple).

Il y aura d'ailleurs une punition, mais elle ne peut venir de Dieu puisque selon Ian il est mort, donc elle vient de la terre elle-même Gaia, la Grande déesse celte également. D'ailleurs Ellie le précise à Ian, "la femme hérite de la terre" qqch comme ça. Ainsi Gaia provoque une tempête qui rend l'île encore plus chaotique, elle libère les créatures de la terre (les dinos), elle ensevelira aussi les recherches génétiques de dinos piquées par l'informaticien vénal sous des monceaux de boues (gros plan du container ADN que la boue enseveli).

Le Chaos provoquera aussi la mort de chaque personne qui a intenté à la vie et a voulu se prendre pour Dieu , plus les malheureux employés (comme Samuel L Jackson perdu dans cette île). Seul le professeur Hammond ne mourra pas, mais l'amour qu'il possède pour ses petits enfants sera mis à rude épreuve.
Ainsi :

L'avocat véreux meurt bouffé sur les chiottes par le T.Rex pour avoir voulu tirer profit des dinos ressuscités.
Le chasseur meurt pour avoir osé participé à ce projet
L'informaticien meurt pour avoir tenté de propager cet hérésie de la science.

les seuls qui ne meurent pas sont : les enfants (c'est d'ailleurs eux qui sauveront la base), les deux archéologues (ils sont humains et l'argent les a achetés mais ils ont bon fond (Grant va s'occuper des enfants qu'ils abhorrent par dessus tout prouvant qu'il peut devenir père sans problème), Malcom est blessé mais épargné par le Chaos, parce qu'il a mis en garde tlm.

Il ne faut pas y voir une fin, ni un film moralisateur, mais plutôt une simple constatation. Il ne fait pas bon se prendre pour Dieu, et on paye toujours le prix de son arrogance.

je reviens aussi rapidement sur deux moment du scénario dont un qui semble inutile mais qui trouvera sa justification dans la suite du film :

1) le professeur Grant terrifie un gamin du site de recherche paléo en expliquant le mode de fonctionnement de l'attaque des raptors : on fixe le premier raptor et deux autres raptors vous attaquent sur les côtés, raptors qu'on n'avait même pas vu venir.
Pour répondre à ce discours, aussitôt après, l'hélicoptère de Hammond se pose, tous le fixe, mais Hammond n'y est pas ! le pilote indique la caravane de Grant du doigt !

Grant et Ellie pénètre dans la caravane et tombe nez à nez avec Hammond, qui comme une bête sauvage, fouille dans leur frigo à la recherche de nourriture (en l'occurence d'une boisson, du Champagne) : le discours qui me semblait ne servir à rien, sert en réalité à présenter Hammond d'une part, en faisant uen analogie entre lui et les raptors (l'hélico que l'on voit pourrait êtr le premier raptor, celui qui attire l'attention, et Hammond largué avant que l'hélico arrive ou par un autre hélico, est le raptor qu'on n'avait même pas pressenti).

Hammond ressemble à "ses" créatures et sa proposition de voyage à JP est trés intéressé et dangereuse. Spielby nous met en garde, méfiez vous de ce vieil homme à barbe blanche. Il n'est pas ce qu'il semble être.

D'autre part, l'explication du début de Grant sur les raptors, permet d'anticiper la mort du chasseur avant lui., tuer par les raptors également et de la même manière décrite au début du film par Grant.

encore une petite chose, Spielberg s'autocite; allusion à Duel (la camionnette land rover qui semble doué d'une vie propre et descend l'arbre pour écraser Grant et Tim (d'ailleurs les voitures du parc sont télécommandés, ya pas de chauffeur =camion fantôme qui semble sans chauffeur comme dans Duel).

La fin du film n'est pas irréaliste (le T.Rex qui bouffe les deux raptors) dans la mesure où elle s'inscrit dans une symbolique particulière. Notre grand père (le Tyranosaurus Rex) sauve la vie de sa descendance en détruisant à nouveau les dinos. Il se place comme protecteur et non comme agresseur.

Jurassic Park c'est aussi le film du changement, le tournant définitif d'une page de l'histoire du film de monstre : Foin de marionette capté image, par image, plus trop de robot animatronic, la plus grande partie des monstres du film sont réalisé en synthèse. Le procédé virtuel supplante l'animation à l'ancienne, des chef d'oeuvre de Ray Harryhausen et autres. Ce film c'est donc aussi la destruction de l'imagerie traditionnelle (le squelette écorché de T.Rex qui explose à la fin du film sur le sol en est la preuve, une forme d'FX a vécu, la nouvelle génération est en marche. Après JP, on ne présentera plus les monstres en image par image, (à l'exception de Spy Kids 2 mais c'est un choix personnel de Rodriguez pour rendre hommage aux créatures de Harryhausen). JP est un film du chaos, sur le chaos mais aussi un film métaphysique et une mise en garde contre l'abus de la science (cf 2002 : l'attaques des clones de Lucas qui pose le même postulat).

Enfin j'aborderai le miroir de deux personnages complémentaires :

Ian Malcolm/John Hammond

Malcolm est habillé tout de noir, il est assez barjo et ne semble jamais sérieux et raisonnable => Spielberg nous montre un personnage limite (au limite de la folie : il parle tout seul, fantasme, et théorise sur tout), une peu comme ce que sera le futur Anderton, ou Tom Hanks dans Ryan (qui sur la fin du film tire avec son pistolet sur les tanks, comportement totalement illogique et vain témoignant de l'absence de santé mentale du sujet) ! Bref, Malcolm est présenté comme un barjo, et peu sérieux, Hammond dira d'ailleurs de lui "je demande un scientifique et on m'envoie une star du rock" , lui ôtant tout crédit scientifique, juste un jugement sur son état et sa tenue, mais l'habit ne fais pas le moine, en revanche, il fait le démon : Ian Malcolm est en qques sorte la représentation idéal de l'ange déchu ! Il est tentateur : il tente de séduire Ellie, la Eve (héritant de la Terre) du Paradis Perdu , l'île est surnommé Lost Eden (a moins que ce ne soit dans le 2).

Par analogie, on le rapproche trés vite de Satan, ou du serpent, d'ailleurs il n'a , je pense échappé à personne qu'on trouve l'image d'un serpent glissant sur la terre dans JP et ce dans un seul plan ! Mais qui est ce serpent ? pourquoi un seul plan ? ce n'est pas une allusion à Indy et la haine de indy pour les serpents , ni une autocitation de Spielberg, en revanche, les noirs d'Afrique considèrent le serpent comme un messager des dieux (cf le livre : l'enfant noir de Camara Laye), voire un esprit, parfois un démon !

En revanche, malgré sa noire description, et ses attitudes assez similaire au tentateur, Malcolm s'avère être une des personnes les plus sensées de l'île ! Ne pas se fier à ce que l'on voit, encore une mise en garde de Spielberg, la même que pour les écriteaux : le mensonge est sur l'île, où que ce soit, le mensonge et une forme de mal, de Chaos.

Le deuxième personnage de ce dyptique miroir c'est John Hammond .
au contraire de Malcolm, Hammond est présenté par Spielberg, comme un gentil , et inoffensif papa, papy gâteau. Il est habillé de blanc, symbole de pureté et de Bien (dans la logique manichéenne) et a un visage trés proche du Dieu chrétien anthropomorphe. Selon ce que nous montre Spielberg, notre sympathie lui est toute acquise ! Mais, car il ya un mais, il s'avère être capricieux (il veut les chose trés rapidement), il s'incruste dans la roulotte de Ellie et Grant et se sert avec sans-gêne dans leur frigo, ouvrant sans aucune vergogne leur champagne, il dépense sans compter mais se révèle trés radin pour les mesures élémentaires de sécurité (comme le groupe électrogène situé à l'opposé de la salle de contrôle, une négligence qui coûtera la vie à S.L Jackson) !
Il se prend effectivement pour le dieu auquel il ressemble et sous-considère ses employés et les sous-payes (c'est la raison pour laquelle Nedry le trahira et tentera de voler les embryons de dinos)!

D'ailleurs à ce propos, une de ses répliques m'a choqué, je pense que ct le but de Spielberg, il entre dans le labo, l'avocat demande si ce sont des animatroniques que l'on voit derrière la vitre, et Hammond dit que non, ce sont les "vrais" scientifiques, il n'ya aucun automate que des personnes réels !

Mais quel être abject est-il donc pour montrer (peut-être sans leur consentement)des êtres humains travaillant sans relâche dans des cages comme des animaux de foire, n'a t-il aucun égard pour l'intimité humaine ? D'ailleurs, il dit que ce ne sont pas des automates, mais a bien y réfléchir ça en est ! des êtres humains qui travaillent sans manger et dormir (pour leur cause remarque, il ne sont pas encore eslaves ; ça viendra chez Spielby dans Amistad, puis A.I et enfin Minority Report) , quelques sandwichs quoi), il n'y a qu'à voir leur état physique et les cernes de leur visage pour voir qu'ils bossent à s'en épuiser, en effectif réduit (radinisme du proprio ?) ; et sous payés (cf la trahison de Nedry) n'est-ce pas en quelque sorte de pseudo-automate ?

En gros, Hammond est responsable en partie de toute la catastrophe et du Chaos qui en découlera, il est pour ainsi dire l'instigateur du Chaos, à la manière d'une Hineman dans MR ! Celui qui instrumentalisera le Chaos étant ici non pas Anderton, mais Nedry (panne généralisé du sys pour voler les embryons provoquant le court-circuit des voitures motorisées et des sys de protection des cages des dinos => déferlement du Chaos sur terre ! ).

Spielberg nous dépeint à travers ce personnage, je pense la même chose que pour Malcolm mais en inversant le sentiment ! Pour résumer en simplifiant : Tout ce qui est censé représenter le Mal c'est le Bien, le Bien c'est le Mal ! Hammond est habillé de blanc, en apparence pure et gentil, et Malcolm est censé être un démon, mais le démon se révèle un archange et l'archange gabriel ou le dieu anthropomorphe se révèle être un démon ou le diable.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by fantasydo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • : Un regard d'analyse objective essentiellement sur le cinéma de genre et les blockbusters généralement américain mais pas toujours
  • Contact

Recherche

Liens