Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2007 7 28 /01 /janvier /2007 13:54

Des fois, les rouages d'un problème tourne dans la tête pendant x temps, jusqu'à ce que sur un effort de volonté ou une inspiration soudaine tu arrives à en faire le lien logique ou somme toute cohérent. Là c'est pareil, je ne comprenais pas pourquoi Spielberg insistait sur une menace qui viendrait de l'Europe ou du terrorisme et de ce fait je ne comprenais pas la place et l'intérêt de ces deux répliques (dites chacunes par un enfant représentant une "sous couche" de l'évolution humaine ; une enfant (même surdouée) et un adolescent rebelle. Et puis, lorsque j'ai repensé à l'intitulé du devoir, puis à la polémique du forum et enfin que j'ai fais le lien entre les deux avec d'une part la politique de Spielberg (profondément démocrate) et la citation de réplique des enfants, toutes les pièces du puzzle se sont mis en ordre et j'ai compris ce qui m'avait échappé depuis si longtemps. donc j'en conclus que ça ne peut être que ça.

mon analyse de la chose

un anonyme a écrit : "WOW, faut avouer que ce n'est tout de même pas super subtil les allusions au terrorisme. On le voit arriver avec ses gros sabots d'entrée."

hé bien, je ne serais pas aussi catégorique, pasque à la première vision je croyais avoir bien compris les gros sabots de Spielby (si on a compris les mêmes allusions) à savoir que les Aliens représentaient les Islamistes et donc le syndrome post 11 septembre attaquant les USA triomphant. Mais en revoyant le film, et en y repensant, plus d'un an après, j'ai trouvé au moins quatre nouvelles pistes en plus (et que je peux étayer avec des arguments qui plus est, souvent liés à des films anciens de lui ou similaire) :

Les Aliens = Terroriste islamiste, ben Ladden tout ça. Il vaporise les USA et surgissent du sol américain (comme une menace longtemps enfouie qui pète enfin) (lecture claire et presque trop j'ai envie de dire. Spielberg s'aquitte de son devoir de "mémoire" envers le traumatisme post11 qui a secoué les USA.

Mais aussi plus loin et évidemment bcp plus caché et dissimulé (je le promets, c'est carrément son kiff ) :

Les Aliens = Dieu. Dieu surgit de terre et vient détruire la race humaine jugé stupide, et arrogante. On pourrait me rétorquer sur-interprétation, je dis que neni car j'ai des arguments pour étayer ma thèse :

Arguments : Les Aliens représentent Dieu

Car comme dans Rencontres (où le vaisseau représente déjà Dieu) ils sortent du sol (revoir Rencontres, l'arrivée du vaisseau mère surgit de sous la montagne, et non par les airs) ; merci au gars de la communauté Spielbergienne qui a remarqué ce détail, il se reconnaitra). Les Aliens représentent Dieu, car historiquement, dans la plupart des mythologies, on a enfermé des créatures malfaisantes sous la terre et elles en sortent (les Titans dans les Enfers grec notamment). Chez les Aborigènes, les êtres mythiques, sont sortis de terre pour créer le monde, puis ils sont retourner sous terre.

Spielberg (et Koepp aussi) est un fana de mythologie, il a sur ce sujet, une immense culture, et il a bien sûr lu, le bouquin de chevet des mythologistes dont Lucas également (Campbell, le héros au milles visages). bouquin qui décrit par le menu tout les mythes fondateurs, etc... Il a surement aussi lu Carl Jung (ya qu'à voir Jurassic Park) et Roland Barthes. Bref, pas mal de référence intéressante, mais Spielberg prend le mythe et le tourne dans le sens qu'il désire. Ainsi il reprend le mythe Aborigène (consciemment ou inconsciemment, perso je pense de façon consciente mais bon j'suis pas dans le cerveau de Spielberg, donc j'en sais rien); mais au lieu de venir créer à nouveau, les êtres mythiques (les Tripodes et leurs "habitants") viennent détruire la terre.
Les Aliens sont Dieu aussi parce que le rayon désintégrateur des Tripodes (même si il fait fortement allusion à la Shoah) ressemble trait pour trait (revoyez le dvd c'est saisissant) au rayon qui sort de l'Arche perdue à la fin des Aventuriers (qui est donc la manifestation de Dieu) et qui brule tous les impies qui ont osé regarder le Seigneur en face (mis à part L'élu, Indy et sa compagne qui ont fermé les yeux).  Dieu détruit les nazis ici car nul ne peut voir le visage du Seigneur sans périr. Mais il s'agit bien évidemment du dieu jaloux et colère de l'Ancien Testament.

Les Aliens sont (faussement) les français/européens

Spielberg joue sur la peur de ces concitoyens pour les français et la plupart des européens qui sont vraiment des méchants d'avoir dit "non à la guerre en Irak", ce sont vraiment des gens pas fréquentables => conséquence : on donne le mauvais rôle aux français dans la guerre d'algérie et on l'étudie aux USA en classe pour bien montrer combien "ouh ils sont vilains".

Petite piste laché négligemment par Spielby (il participe bcp au scénario avec ses scénaristes même si il ne met jamais son nom dans le générique, sauf si le scénario est entièrement de lui (A.I et Rencontres, plus l'histoire de Sugarland) et Koepp,mais que le spectateur attentif ne doit pas perdre de vue. Spielby vient nous rechercher ensuite en balançant tout aussi négligemment "Ce sont des terroristes ?" par la petite Rachel (le paralèlle avec l'école devient évident. Bourrage de crane , + syndrome post11, "ya la merde c'est forcément des terros". c'est fin et insidieux mais ça marche, là où toute la critique a vu bêtement au premier degré, Spielberg condamner, par le biais de ses personnage principaux , les deux enfants : les terros et les français/européens ; mais c'est bien mal connaitre le bonhomme et son cinéma).

 Deuxième piste qui vient recouper celles donnés avec le devoir sur la guerre d'algérie. Enfin, summum du détail, Spielberg nous assène le coup final (avec toujours autant de finesse je persiste à le répéter), "non, pas des terros, il venait de plus loin", Robbie : "genre d'Europe" (Ah ! voilà le résultat du travail de sape des cerveaux des enfants semble nous dire Spielby. Le bourrage de crane du devoir a porté ses fruits ! "les français yen a être méchant trés méchant de torturer les gentils algérien" => donc ils nous aident pas en Irak pour la guerre => donc le discours de notre président (dont la photo est présente dans les classes usienne me semble t-il) l'axe du Mal, l'axe du Bien est vrai => par corollaire, les français sont tous ça, donc français => méchants = terroriste => donc leur attitude est assimilable à des terros => donc si ya la merde dans notre pays, c'est surement la faute des Européens !

Spielberg nous dit tout ça en une fraction de seconde (et on doit recouper ces trois informations entres elle pour en extraire la critique du système éducatif, en sous marin dans le film (et après on dit que Spielberg fait pas réfléchir). Et les critiques après une seule vision (si on est pas spécialiste, je pense qu'un Spielberg nécessite minimum 2 visions pour être certain de ne pas faire de contresens) tombent dans le panneau premier degré tendu ostensiblement par Spielberg et ne vois pas le sens caché (du texte ici seulement).

Je poursuis l'étude : Les Aliens aussi sont les USA !

Oui, les Aliens peuvent être assimilé au USA. (comme dans le livre éponyme, mais il faut le savoir j'en suis conscient, les Aliens étaient l'Angleterre qui avait attaqué et pillé l'INDE. Spielberg et Koepp ne font que reprendre intelligemment le premier message caché du livre (absent de la version de Byron Haskins prenant les Communistes comme cible, bien propagandiste tout ça). Spielberg est un Humaniste, ses films, traitent de l'humain. Il reprend donc les propos écolos humanistes du livre. L'herbe rouge devient le Pétrole (à l'époque ct une autre richesse pour les anglais), d'ailleurs ils viennent chercher l'eau contenue dans les herbes rouges. Le parallèle avec l'Irak est diaphane à mon sens.

(surtout si on le recoupe avec l'épisode la Pomme et les Chips Lays de Terminal). Je m'excuse de la densité de l'analyse, mais je ne peux clairement expliquer mon sentiment sans m'appuyer sur l'exemple à double sens déjà de Terminal. Dans ce film, Le chef de l'aéroport, explique à Navorski (le héros) que son pays est tombé dans un coup d'état. Navorski ne parle pas un mot d'anglais (à part Big Apple (c'est dire déjà le conditionnenement, l'Amérique réduite à son symbole, vous noterez pour info qu'il ne dit pas Twins Towers (et pour cause , Terminal est lui aussi un film profondément post11 sept) et les mots d'usage de son petit dico. Le chef a donc recours au langage qui réunit deux hommes qui ne parlent pas la même langue (le langage métaphorique de signes).

Mais Spielberg ne nous dit pas, attention on va vous expliquer avec des signes, il l'intègre à la narration et là réside son talent à mon sens (je ne parle ici toujours que de scénario, ni des cadrages, ni des mouvements de cam, mais ça reste du cinéma, je parle ici du fond). Le chef s'évertue à faire comprendre à Navorski en parlant mais sans résultat. Il lui dit "ça ne vous dérange pas si je mange". Il commence à sortir son repas (bien maniaque entre parenthèse le chef ) de sa petite valisette et soudain il a l'illumination. Il sort une pomme et un paquet de chips Lays. Il lui montre la Pomme. En voyant la pomme, Navorski dit "Big Apple" (son seul référent américain) et le chef dit "oui oui, New York, Big Apple" (le symbolisme est ici lourd et appuyé, mais c'est fait exprès par SS). Le chef remontre la pomme et dit imaginons que la pomme se soit les "forces d'invasions" (entendez déjà le sous texte, Le chef a changé le référent mais en conservant aussi inconsciemment le sens de "apple= new york=USA, ça à son importance pour la suite). La pomme ce sont les rebelles, la force d'invasion, et il montre ensuite le paquet de Chips en disant Krakozie. Navorski approuve "Krakozia". Ensuite le chef lève la pomme (force d'invasion) et il l'abat sur le paquet non ouvert qui explose sur Navorksi (entre parenthèse on notera la violence de l'image, j'ai pour ma part, eu un sursaut dans le ciné, mais pas pour le geste, pour ce qu'il représente). Le langage des signes est ici bourrin, téléphoné diront certains mais scénaristiquement efficace, Navorski comprend. Maintenant venons en au double sens de cette scène. bien caché, j'ai du y repenser pour le trouver. Vous n'avez pas oublié le référent premier donné par Navorski à la pomme et appuyé par le chef "Big Apple"=new york= les USA. Si le référent est les USA, les chips peuvent trés bien devenir (et hors contexte narratif) l'Irak, ou tout autre pays attaqué par les USA. L'usa est assimilé à la force d'invasion attaquant la Krakosie mais un parallèle acerbe est fait insidieusement (je pense pas sans vouloir prendre le public pour un idiot que bcp de gens ont vu ce parallèle) entre l'attitude de "ces sauvages" entre eux, et l'attitude "du plus grand pays civilisé contre les "sauvages". Difficile de ne pas le voir, au bout de deux visions, surtout quand on sait que le dialogue est extrêmement important chez Spielberg (cf Munich, Rencontres, War of Worlds, etc...).

J'en reviens donc maintenant à WOW et j'affirme preuve à l'appui le livre original, plus cet exemple de Terminal que les Aliens peuvent représenter les USA, les humains devenant un référent autre que l'Amérique et c'est trés fort. Ensuite, il ya aussi cette troublante image du Tripode qui détourné de sa chute normal (il allait tomber dans un champ dépourvu de gens) par un tir de bazooka d'un soldat us tombe sur une usine porteuse de DEUX TOURS (les tours étant présente dans l'image, bien cadré, je doute que ce soit une coincidence de l'accessoiriste, surtout quand on sait que pour un décor construit, rajoutez deux éléments est plus long que ne aps les mettre. Je pense que vous voyez l'allusion, pourtant j'ai discuté avec bcp de gens et personne ne l'a remarqué ou presque). Le tripode s'effondre détruit les deux tours et l'usine et balayent pleins de civils qui n'aurait rien eu si cet abruti de marines n'avait pas tiré ses missiles comme un boeuf.

Donc mon analyse (et que je n'estime pas tiré par les cheveux). Les USA ont par leur attitude (ils connaissaient benny laddi, ils l'ont entrainé, Spielberg adore la théorie du complot qui plus est) entrainé la tragédie qui les a frappés. Je pense que ce militaire symbolise la force armée des USA ou les USA, que le tripod représente les islamistes de type ben ladden ou les avions et que l'usine ce sont les twins towers imagées. Seulement imaginez l'impact de l'image, je comprend que Spielberg ai préféré la cacher. Voilà une image qui nous dit, les américains ne sont pas tout blanc en ce qui concerne le 11 sept. Certes ça peut nous sembler facile et bâteau, "la guerre c'est mal" mais pour un réa soit disant pro-patriotique, une image montrée de façon aussi claire ça aurait fait désordre (c'est peut-être de la lâcheté, et on peut le dire, mais moi je trouve qu'au contraire c'est courageux, pasqu'il n'impose rien, il propose cette vision au spectateur qui est libre de la refuser ou de ne pas la voir (comme le rêve de la fin de MR). Et puis le spectateur qui a son dvd et regardera le film plusieurs fois, finira peut-être par la voir un jour et trouvera ça soit nulle, soit trés bien, soit il ne la verra jamais, c'est toujours le risque qu'on court en jouant sur l'ironie, la parodie, le second degré.

Enfin, et pour finir l'étude des Aliens :

Les Aliens de manière générale représente l'Homme, L'Humain, L'Humanité.

Les Aliens asservissent les hommes (d'après Ogilvy) et "ça ne pourra finir que mal, aucune occupation n'a abouti, l'histoire nous l'a toujours enseigné". De la même manière que les hommes ont toujours asservi d'autres hommes. Les Aliens sont à la recherche de richesses (ça a été malheureusement le lot de toute notre histoire : les conquistadores et l'or, les nazis et l'or des juifs, les nazis et l'immortalité, les usa et la terre, les européens et les esclaves dans les colonies. etc...
Bref, Les Aliens représentent l'homme et il ya ce plan (je parle un peu technique et métaphore) sublime lorsque Ray, Rachel et Ogilvy se réfugient derrière le miroir. Le serpent Alien s'approche et Ray tend le miroir droit. Le Serpent Alien voit sa propre image dans le miroir, certes, mais Spielberg pousse le clou un peu plus loin, La caméra dans un sublime plan de coupe montre les humains / (le miroir) et Le serpent Alien. Le serpent chez Jung comme ailleurs peut bien sur représenter le mal ancestral, le péché etc... (cf ce plan de Jurassic Park où un serpent rampe près de l'oeil du vélociraptor). Mais surtout le serpent face à ce miroir, voit l'homme et le serpent devient l'homme (honnêtement il m'a fallu huit visions du film pour mon DEA et l'aide d'un autre forumeur toujours de la communauté Spielbergienne et que je remercie pour réaliser cela).


Et comme Spielberg est un Humaniste, il traite avant tout de l'histoire de l'humanité dans ses films. alors quand je lis dans les Cahiers (qui se targuent pourtant d'être des critiques intellectuelles, fortement enclin à voir un peu tout et n'importe quoi dans les films intimistes, et que l'article n'en parle pas une fois) : "Spielberg a choisi volontairement de privilégier la petite histoire au détriment de la grande"(je pense l'Histoire). Avec pourtant 3 coeurs d'appréciation du film. je me dis, avons nous vu clairement vu le même film ?



Partager cet article

Repost 0
Published by LordGalean
commenter cet article

commentaires

scorsesejunior54 25/09/2007 17:38

Ton analyse au niveau de Dieu, je la trouve intéressante bien qu'un peu tirée par les cheuveux. C'est un peu chercher les détails où il n'y en a pas forcément.
Là où ton raisonnement se tiendrait, ce serait dans le sens où Dieu réapparaîtrait sur Terre pour punir les hommes, de quelque bord que ce soit étant donné qu'aucun n'est tout blanc dans les 11 Septembre et ce qui a suivi. Ca se tiendrait avec la suite du raisonnement...

La réplique "plus loin, d'Europe" je m'en souviens assez bien, beaucoup étaient interloqués dans la salle (faut dire, dans un grand multiplexe c'est pas forcément où la culture est la plus élevée) et je m'étais demandé qu'est-ce-qu'elle venait foutre ici.
Alors le seond degré et la démonstration du bourrage de crâne inculqué aux Américains je te suis même si sur le coup ça m'avait un peu bloqué : qu'est-ce-qu'il avait voulu dire par là ? lol

Après, les Alien sont aussi les USA si tu considères que Dieu est là pour punir tout le monde. Sinon, ça me paraît être un peu gros...

Le parallèle avec l'humanité oui et comme toujours chez Spielberg, c'est d'ailleurs le point le plus explicite ! :)

Sexy_Lover 14/06/2007 20:39

Je suis pas tjs daccord aak toi mais c intéressant kan mem. Je trouve tout de meme k des fois c un peu tiré par les cheveux, contrairemen a ce k tu penses de ton interprétation lol. Sinon quand tas parllé de dieu moi j'ai tout de suite pensé a la religion catholique, alors que tu parlais mythologie (ce qui est pour moi nettement plus intéressant:D).
C marran pask pour la scène du Terminal dont tu parles -terriblement efficace dailleurs- j'ai éclaté de rire tellement ct grotesque (le geste pas la scène). Fau voir la tete de tom hanks :p

Présentation

  • : Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • : Un regard d'analyse objective essentiellement sur le cinéma de genre et les blockbusters généralement américain mais pas toujours
  • Contact

Recherche

Liens