Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2018 6 15 /12 /décembre /2018 11:41
L'espion qui m'a larguée

Le moins qu'on puisse dire et ce sera ma seule parenthèse "politique" de ce blog consacré à un sujet de divertissement, c'est que le mouvement #MeToo aura eu au USA de vraies répercussions politiques, notamment, la mise en avant depuis 2015 de projets féminins, avec un cast féminin essentiellement (le sympathique Ocean 8) ou encore réalisé ou écrit par des femmes, (Wonder Woman et autres), peu importe qu'on apprécie ces films ou non, force est de constater que cette volonté de changer les choses existe, même si on peut penser qu'il peut y avoir un peu d'opportunisme dans ces décisions ; on attend toujours une évolution similaire en France.

Dans cette optique, les producteurs indépendants et les majors ont essayé de changer un peu les paradigmes et les tropes du cinéma avec plus ou moins de réussite, et cette comédie d'espionnage assez girly, incarne plutôt bien cet état d'esprit dans sa partie réussite.

S'inspirant du principe des James Bond et autres Mission Impossible, le postulat du film pourrait-être, que feriez vous, si vous découvriez en même temps que votre petit ami qui vous a largué comme une merde par sms était en fait un agent de la CIA, et que sa mort vous oblige presque malgré vous à finir ce qu'il avait commencé ; la réalisatrice et scénariste du film, Susanna Vogel nous livre une belle comédie d'action, et d'espionnage, à la fois drôle et sans temps mort, bien servie que ce soit la partie masculine, Justin Theroux en Jason Bourne ou en Ethan Hunt fait largement le job, ou ou Mila Kunis (trop rare au cinéma depuis sa révélation dans la série "That's the 70's Show") ou l'hilarante Kate Mc Kinnon (qui a le vent en poupe depuis sa révélation au grand public dans le reboot 100% féminin de SOS Fantômes), sans oublier le caméo réjouissant de Dana Scully, pardon Gillian Anderson, qui n'a rien perdu de sa superbe et de son cynisme mordant qu'elle réinjecte dans cette patronne de la CIA très autoritaire.

On notera également la présence de seconds rôles détonnant, que ce soit Paul Reiser dans le rôle d'un père complètement barjo, ou la découverte personnelle de Sam Heughan et Hasan Minhaj dans le rôle d'agent double ou pas, aussi complémentaire que de caractère opposé.

Du côté des méchants, la révélation du film, est l'androgyne et parfaite Ivanna Sakhno, tueuse mutique aussi froide qu'elle en est belle et qui compose ici un personnage tout en nuance.

L'histoire en peu de mots, voit donc Audrey (Mila Kunis) qui se fait larguer par son petit ami, Drew (Justin Theroux) et qui le voit ensuite débarquer dans son appartement, une horde de tueurs à ses trousses. Sa meilleure amie, Morgan, présente est également dans la même galère qu'elle, et lorsque Drew se fait abattre froidement par un des tueurs, Audrey et Morgan n'ont d'autres choix que de s'enfuir pour échapper à ceux qui traquent Drew. Ce dernier pressentant sa mort arriver, engage Audrey a apporter une statue de récompense qui est en fait une cache pour un secret d'état à ses supérieurs hiérarchiques, et de ne faire confiance à personne. Morgan, après avoir "accidentellement" poussé l'assassin de Drew par la fenêtre s'enfuit avec Audrey, et commence pour elle une suite d'aventures pour faire le jour sur l'identité et les motivations de Drew.

Le film se suit sans aucun déplaisir grâce à une réalisation plutôt simple mais efficace, Susanna Vogel reprend en le détournant dans une voie féminine, le trope bien connu de la "damzel in distress" mais en substituant à l'homme habituellement héros, un duo féminin aussi détonnant que drôle. Et ça fait du bien de voir ce genre d'évolution, surtout qu'en tant que mâle blanc, je n'ai personnellement eu aucun mal à m'identifier au duo, et en espérant que le film ne souffre pas d'une suite, qu'on espère arriver, je serais ravi en tant que spectateur de voir d'autres incursions dans d'autres genres surtout si elles sont aussi efficaces et réussies que ce "l'espion qui m'a larguée"

A noter également, le caméo de quelques minutes de Kev Adams dans le rôle d'un chauffeur VTC assez perché lui aussi. Et pour ses détracteurs, le plaisir de le voir se prendre une balle dans la tête assez vite.

Au niveau bonus, le film propose bien entendu un making-of habituel et assez complet, et également un tour du plateau avec Hasan Minhaj mais assez original car il met en scène une atmosphère plus froide (même si entièrement jouée il n'y a aucun doute là-dessus) qui tranche avec le ton policé et assez consensuel du making-of. Ca fait toujours plaisir de voir une équipe avoir assez d'autodérision pour se moquer d'elle-même. Egalement présent, des scènes coupées qui n'appportaient pas grand chose au film fini (le principe des scènes coupées même si dans certains cas, la coupe est regrettable), un bêtisier sympathique, et également assez original, et par contre qui s'avère indispensable une featurette mettant en scène les improvisations nombreuses des deux comédiennes. Et le moins qu'on puisse dire c'est qu'elles en ont de l'imagination. Le tout se regardant avec grand plaisir si vous êtes comme moi amateur de bonus.

En DVD, Blu-Ray et VOD le 15 décembre 2018. Edité par Metropolitan Filmexport. le site et la page Facebook de l'éditeur.
 
Retrouvez ce film et bien d'autres dans les catégories les thrillers drôles et avant le bilan 2018, le top des éclats de rire de 2017.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • : Un regard d'analyse objective essentiellement sur le cinéma de genre et les blockbusters généralement américain mais pas toujours
  • Contact

Recherche

Liens