Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2018 4 29 /11 /novembre /2018 14:41
Hotel Artemis

A l'initiative de l'idée de Mission Impossible 5, et scénariste de Iron Man 3 et Godzilla, Drew Pearce passe ici à la réalisation et nous livre un premier film qui a des airs d'épiphanie. Avant cela, on lui devait déjà le court-métrage "Edition Unique Marvel, longue vie au Roi" sur le personnage du Mandarin, du moins sa parodie en la personne de Trevor Slathery (Ben Kingsley) dans Iron Man 3. Et dans lequel Drew Pearce révélait déjà un certain sens du découpage et montrait qu'il savait filmer des scènes d'actions, tout ça pour son film d'étudiant. Comme tout premier long-métrage, Hôtel Artémis n'est pas exempt de petites erreurs, mais on sent transparaître dans le métrage une sincérité et une envie de cinéma, dès plus légitime. Chaque photogramme de Hôtel Artémis, chaque mouvement de caméra transpire l'envie de don de soi de la part du réalisateur scénariste et finit par emporter le morceau.

Déjà, l'idée de réunir Dave Bautista (inoubliable Drax dans les Gardiens de la Galaxie) et Jodie Foster qu'on ne présente plus, à la tête d'un hôpital réservé aux criminels de tous poils est juste excellente sur le papier et s'avère également très bonne dans le film. Et retrouver en méchant, Zachary Quinto (Heroes, Star Trek) et Jeff Goldlum (beaucoup moins cabotin que dans Thor Ragnarok) est aussi un petit plaisir dont on ne se lasse pas. Viennent compléter ce casting hétéroclite, Charlie Day (Pacific Rim), qui est impeccable dans ce "sous Joe Pesci dans les Affranchis), ou Sofia Boutella, petite frenchy devenue inouabliable dans son rôle de tueuse handicapée dans le Kingsman's service secrets de Matthew Vaughn.

Les gros points forts du film sont son originalité, dans la manière de dépeindre un futur dystopique, dans lequel les émeutes sont quotidiennes à L.A, et tellement violentes qu'un couvre-feu se déclenche chaque jour, et que la police a été remplacée par une force spéciale, surarmée dont la première apparition face au personnage de Jodie Foster, donne l'impression de voir une meute de loups, ou de robots, assez terrorisant pour le coup. Son atmosphère est aussi un des gros points forts du film, un air de SF terrienne, assez palpable, et glauque. On se retrouve par moment dans une ambiance à la Richard Kelly, et vu que c'est le premier film de Drew Pearce, on espère que l'histoire sera développée pour une suite ou un prequel pourquoi pas, afin d'en découvrir un peu plus sur des personnages tous aussi attachants que flippants, et dont le seul tort est de ne pas être aussi développé que le spectateur voudrait qu'ils le soient. Car l'univers mérite vraiment d'être contextualisée et expliquée plus avant.

L'histoire tient en quelques mots, suite à un braquage raté, une petite bande de malfrats, enfin les uniques survivants, à savoir donc deux frères (Sterling K Brown et Bryan Tyree Henry), blessés plus ou moins gravement, se réfugient dans un hôtel particulier, qui sert d'hôpital mais uniquement pour les criminels du coin (car oui, en cas de blessures par balles ou arme blanche, les hôpitaux normaux ont pour consigne obligatoire de prévenir la police). Sous les noms de code, Honolulu et Waikiki, ils sont soignés par le docteur Jean Thomas et son cerbère Everest. D'autres criminels blessés eux aussi les rejoignent bientôt, notamment Acapulco, un homme étrange et légèrement sociopathe, et Nice, une tueuse à gages, extrêmement douée. Suite à la nuit d'émeutes la plus violente que n'a jamais connu L.A, une flic s'effondre devant l'hôtel, très blessée, et Jean Thomas reconnait en elle, la petite voisine qui jouait avec son fils. Enfreignant une des premières règles de l'hôtel hôpital, "ne jamais laisser entrer des non membres", elle recueille la flic, une dénommée Morgan, et entreprend de la soigner, tandis que dans l'hôtel, les criminels sont très suspicieux de ce qui se passe.

Waikiki révèle à Honolulu qu'il a volé à un sbire du mafieu local pendant le braquage un stylo qui est en réalité un coffre-fort portable et contient 6 diamants d'une valeurs monétaire énorme. ET voilà que le mafieu local en question, Wolf King (Jeff Goldblum) se retrouve à devoir venir dans l'hôpital de madame Thomas avec ses sbires, parce qu'il est blessé cruellement et qu'elle est la seule à pouvoir le guérir. Un de ses fils l'accompagne et madame Thomas cède à une autre des règles du lieu en faisant rentrer le chef mafieu qu'elle semble bien connaître. On apprendra plus avant qu'il est un des fondateurs de l'hôpital dédié aux criminels, et que c'est lui qui a sorti Jean Thomas de l'ornière dans laquelle sa vie se trouvait après la mort de son fils. Bref, Jean Thomas se retrouve à devoir soigner l'homme que Waikiki a indirectement volé, tandis que Everest essaie de couvrir la fuite de la policière Morgan, une fois soignée. Evidemment tout cela ne vas pas aller sans heurt.

Ce premier film de Drew Pearce a presque les qualités de ses défauts, car à trop vouloir raconter, il finit par perdre un peu le lecteur, mais ce foisonnement de détail contribue également à dépeindre un univers riche, et fouillé qu'on espère voir devenir une franchise, (prequel ou sequel) pour en découvrir un peu plus sur toutes ces pistes scénaristiques évoquées mais non réellement développée en profondeur.

Au final, on se retrouve avec une série B de qualité, remplie d'acteurs confirmés et incarnant des personnages complexes mais lisibles au service d'une histoire simple mais enrichie de dizaines de petits détails et intrigues secondaires qu'on espère voir développés dans une éventuelle franchise.

En DVD, Blu-Ray et VOD le 26 novembre 2018. Edité par  Metropolitan Filmexport. le site et la page Facebook de l'éditeur.

Retrouvez ce film et bien d'autres sur Cinetrafic dans les catégories le bilan de 2017 en attendant 2018 et le top de l'action cette année.

Partager cet article
Repost0

commentaires

nerd56 26/12/2018 11:29

Merci pour cet article qui donne une bonne idée du film! ça donne envie de se faire une soirée tranquille repas et DVD. En tous cas, je pense que je vais chercher à l'emprunter quand je serais revenu de mes vacances à Adelboden pour me reposer des montagnes et du ski ;)

LordGalean 26/12/2018 11:50

Merci pour votre avis, oui c'est un film sympathique qui mérite le coup d'oeil, et on espère une suite pour que l'univers qui le mérite vraiment puisse être développé.

Ps : juste par curiosité, comment avez-vous connu ce blog ? ^^

Présentation

  • : Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • : Un regard d'analyse objective essentiellement sur le cinéma de genre et les blockbusters généralement américain mais pas toujours
  • Contact

Recherche

Liens