Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2018 5 16 /11 /novembre /2018 15:04
Deadpool 2

L'histoire en peu de mots voit Deadpool s’asseoir comme rempart contre le crime organisé, mais cette action lui coûtera la vie d'un être cher, et il va vouloir mourir pour la rejoindre, mais son pouvoir d'autoguérison le condamne à rester en vie, et c'est Colossus qui viendra le chercher pour devenir un X-man et les aider dans leur lutte, notamment venir en aide à un petit garçon prénommé Russel, prisonnier d'un orphelinat tenu par un sadique, pervers. Mais tout ne va pas se passer comme prévu.

Il est évident de dire suite à la vision de la version longue qu'on est face à un tout autre film, car oui, mes petits agneaux, je me suis tapé les deux versions d'affilées histoire de vous proposer la chronique la plus complète et juste sur les différences entre les deux, ainsi que tout les bonus, quand on aime, on compte pas.

Même si justement, il est assez difficile de dire que j'ai beaucoup aimé Deadpool 2, parce que même si je ne l'ai pas détesté, loin s'en faut, et même préféré au premier opus de Tim Miller, on est quand même face à un film totalement inoffensif qui sous ses dehors de subversion n'en a en fait pas beaucoup en dehors de sang, de tête tranchée, et d'un langage quelque peu ordurier. Mais la vraie subversion où est -elle ? On est loin d'un film comme Logan, dont Deadpool se moque en disant que lui aussi il va mourir pour monter le cran. Le problème est sans doute là, ce n'est pas parce que SPOILER Logan meurt dans son film éponyme qu'il est subversif, mais c'est bien tout ce qui amène à cette mort, et ça, David Leitch, réalisateur du sympathique John Wick et de Atomic Blonde que je n'ai pas vu, ne semble pas l'avoir totalement compris. Même si on est loin d'être dans un film mauvais, bien au contraire même, cette version longue apporte certes un peu plus de sang, de têtes tranchées et de gros mots ordurier mais elle apporte aussi pas mal d'empathie pour le personnage de Russel, ce qui manquait cruellement dans la version cinéma. L'arc du personnage qui semblait taillé à la truelle s'offre ici plusieurs scènes intéressantes dans lesquelles on découvre le personnage et s'éprend bien plus de lui et de son sort que dans les maigres flash-back de la version cinéma. 

Le reste du film demeure égal à la version cinéma, même si quelques transitions supplémentaires de scènes ou de plans carrément en dialogue avec d'autres sont mieux amenés que dans la version cinéma. Rien ne change beaucoup, mais au final ça change tout, on passe d'un film assez regardable mais sans plus à un film un peu mieux écrit et monté, qui donne envie de lui donner une deuxième chance. 

Même si les deux version sont présentes dans le boitier bluray, il est évident que le film doit être regardé dans sa version longue. Certaines blagues changent aussi, et Deadpool se permet quelques remarques un peu plus sanglantes c'est le moins qu'on puisse dire, et pour le coup, un brin plus subversives. Mais au final, on reste dans une sorte de comédie familiale, dans laquelle l'amour véritable et la famille sont les ressorts les plus importants, on croirait presque voir Moi, moche et méchants par moment (Despicable Me) dans son incapacité à montrer un personnage sans valeur et sans morale.

Les personnages secondaires comme la Hyène, Colossus, Negasonic Teenage Warhead, Dopinder ou Al sont toujours aussi savoureux, et à ceux-ci vient s'ajouter un Cable, remarquablement campé par un Josh Brolin tout juste sorti de son rôle de Thanos (d'ailleurs Deadpool lui enverra une pique à ce sujet). Le film est d'ailleurs bourré de petits clins d'oeil aux univers Marvel, clin d'oeil souvent souligné par Deadpool, qui est rappelons-le, le seul héros de comics à briser le 4eme mur car il a conscience d'être dans une fiction. Dans ce deuxième opus, ces petites interventions loin de faire sortir le spectateur, donne au récit un ton plus "réaliste" contre toute attente, car après tout pour les personnages des Marvels, il est juste fou. A noter aussi les apparitions éclairs et trés drôle de Matt Damon (oui vous avez bien lu, Matt Damon is in da place), et Brad Pitt dans le rôle du fantôme. Le passage d'ailleurs où Deadpool monte son propre "Suicide Squad" (la X Force) est un des meilleurs moments du film, non sans rire, un des meilleurs moments de burlesque et de n'importe quoi. C'est juste jouissif. A noter également un post générique désopilant dans lequel Deadpool répare pas mal d'"erreurs" de la chronologie Marvel, mais pas que, avant de s'attaquer dans la version longue à la "moman" de tous les Némésis de l'histoire du monde.

Le film s'accompagne dans son premier disque de bonus très fournés, parmi lesquels deux scènes coupées, un bêtisier, plusieurs documentaires très intéressant sur le tournage, un commentaire audio, et tous les teaser-trailers décalés qui ont accompagné la pré-sortie du film et sa sortie. Si vous avez aimé le premier opus, ce deux est fortement conseillé, et si comme moi, vous avez trouvé le premier opus sympathique, ce numéro deux, très différent dans ses enjeux : sauver un humain et pas le monde, saura sans doute vous satisfaire, surtout dans sa version longue.

En DVD, Blu-Ray, Blu-Ray 4K, Steelbook, Edition limitée, coffret Deadpool 1 & 2, et en VOD depuis le 17 octobre. Edité par 20th Century Fox.  : un lien vers le site et la page Facebook de l'éditeur.
 
Retrouvez ce film sur Cinetrafic dans les catégories pour rivaliser avec le meilleur de l'action l'an dernier

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • : Un regard d'analyse objective essentiellement sur le cinéma de genre et les blockbusters généralement américain mais pas toujours
  • Contact

Recherche

Liens