Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 19:19
Faits d'Ibère : Contretemps (Contratiempo)

Mon existence double de cinéphile et de cinéaste est entièrement dédié au cinéma, je vois le monde en cadre, je réfléchis la vie en image, j'entends des musiques dans ma tête dans les moments forts de ma vie, et je ressens des mouvements d'appareil pour sublimer l'ironie, le tragique, la drôlerie de tous ces moments d'existence. Bref, je ne vis que pour le cinéma, et le film l'Accusé que je me propose de chroniquer aujourd'hui est exactement ce que j'attendais de toute cette suite interrompue de film qui se suivent et se ressemblent fortement.

Il est d'une tristesse absolue qu'une pépite de cet acabit n'ait même pas eu les honneurs d'une sortie en salle quand on pense aux nombres de films pour le moins médiocres et impersonnels qui sortent sans arrêt sur nos écrans, peu importe leur nationalité, chaque nation ayant son lot de médiocrité.

Le film l'Accusé de Oriol Paulo n'est heureusement pas de cela, car force est de constater que parfois la VOD charrie aussi son lot de mauvais films. Mais là il n'en est rien, nous sommes face à ce que je pourrais appeler un chef d'oeuvre total si je n'avais pas peur des mots, et j'assume totalement chacun d'entre eux. Ce film espagnol, une fois de plus, force est encore de constater le génie vient encore et toujours des ibères est un thriller Hitchcokien de magnifique facture avec une ambiance à couper au couteau, un peu comme si Doyle, Christie, Dashiell Hammet ou encore Gaston Leroux s'était fait un crossover de talents pour écrire l'histoire ultime policière du whodunit, tout en renvoyant aux calendes Grecques tout ce qui avait été fait avant.

En partant d'une histoire toute simple qui pourrait même se résumer à un fait divers, un couple illégitime pour éviter un cerf sur une route percute une autre voiture et en tue le conducteur ; le réalisateur et scénariste Oriol Paulo dont c'est ici le deuxième film seulement tisse une histoire incroyablement fascinante de faux semblants. Le couple décide de faire disparaître le corps et la voiture du jeune homme accidenté, mais rattrapé par un maître chanteur, leur vie de rêve et de luxe se trouve menacée.

Je ne ferais pas d'analyse en profondeur du film car il me faudrait pour se faire déflorer l'intrigue, et même si une revision, voir deux ou trois sont possible, la première vision est essentielle pour ressentir la confusion dans laquelle le brillant scénariste et réalisateur souhaite nous plonger et nous entretenir jusqu'au tomber du rideau. Mais en revanche, il est fort possible que j'y revienne trés prochainement dans le cadre d'une analyse plus complète.

Je dirais juste que le héros, accusé à tort d'avoir tué sa maîtresse dans une pièce fermée de  l'intérieur (coucou Gaston Leroux) se retrouve confiné dans une chambre d'hôtel après que son avocat ait payé une trés forte somme pour une libération conditionnelle en attendant son procès pour meurtre. Son avocat engage un autre avocat spécialisé dans les affaires criminelles et ensemble ils essaient d'établir la défense d'Adrian Doria (le héros) en faisant bien attention à tous les détails de ce qui s'est passé. C'est un peu comme si Agatha Christie (puisque c'est une femme) s'accordait avec un de ses personnages pour lui établir un alibi en béton armé, face à une cour de Justice.

Faux huis-clos magnifiquement sublimé par la lumière du génial Xavi Gimenez, directeur de la photographie des excellents Darkness, The Machinist, La Secte sans nom, et du non moins génial Agora, le travail sur les ombres, les reflets, et l'ambiance rendent la tenstion encore plus palpable.

Et sur une musique trés inspirée de Fernando Velasquez, qui côtoie par instant le sublime du score d'un Bernard Herrmann, Oriol Paulo déroule son film comme on exécute une partition de musique, jusqu'à ce que de fil en aiguille, le spectateur comprenne qu'il y a là un contretemps, et que tout ce qu'on lui donne à voir peut aussi avoir son pendant, une autre vision, un autre point de vue. Et c'est ainsi que par points de vues changeant et successifs, le spectateur reconstitue le puzzle petit à petit, pouvant devancer les rebondissements soit par déduction, soit parce que contrairement à son héros, il n'est que spectateur de la cocote minute dans laquelle il est en train de bouillir et non acteur au milieu du pot-au-feu ; mais ça n'entâche en rien la vision du film, car il est toujours plus facile de réfléchir quand on est soit-même tranquillement dans son fauteuil, sans agression extérieure, sans sentiments de culpabilités et sans sentiments contradictoires qui s'entremêlent.

Un petit mot sur le cast incroyable de justesse, le moindre petit rôle est impeccable et participe à l'atmosphère pesante qui s'installe petit à petit. Mario Casas (qu'on retrouve aussi au cast des deux derniers Alex de la Iglesia) est impressionnant de maîtrise, incarnant à merveille son personnage de yuppie un peu lâche, et le reste ne démérite pas face à lui, notamment Ana Wagener en avocate du jeune homme. Un petit mot aussi sur les bonus présents sur le disque. Un making of et une featurette relativement intéressante sur le film. Mais bien sûr avec tout ce qui est bien, on aurait espéré bien plus.

Sortie en DVD et Bluray depuis le 16 août 2017. Edité par Koba films :  sa page Facebook.

Retrouvez ce film et bien d'autres dans les catégorieshttp://www.cinetrafic.fr/top-film-thriller et
http://www.cinetrafic.fr/top-film-psychologique.

Partager cet article

Repost 0
Published by LordGalean
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • Fantasydo : Parce que l'Homme a encore le droit de rêver !
  • : Un regard d'analyse objective essentiellement sur le cinéma de genre et les blockbusters généralement américain mais pas toujours
  • Contact

Recherche

Liens